• Témoignages

 Livre d’or des stagiaires OPE

 

 

 

Cécilia : “La petite taille du groupe permet à chacun de participer et de progresser”

 

 

Le gros point fort d’OPE est l’accent mis sur les simulations. Quand on est timide, ce qui est le de plus difficile c’est de s’exprimer à l’oral. Avec les exercices à l’oral on progresse vraiment dans notre manière de nous exprimer, de présenter notre projet , nos atouts… La petite taille du groupe permet aussi à chacun de participer et de progresser. J’ai aussi beaucoup  aimé les atelier proposés en parallèle des journées [de formation] : graphologie, valeurs, confiance en soi…

 

 

William: “Je me suis de nouveau inscrit ici à OPE, afin de ne pas rester isolé[…]”

 

 

Bonjour ! Moi c’est William T., stagiaire OPE depuis mai 2017, il se trouve que j’étais déjà venu eh bien …10 ans auparavant !! Voilà comment à commencer la petite histoire, diplômé en Ingénierie mécanique, je venais de finir une année complémentaire en biomécanique afin de savoir si j’étais fait pour la Recherche, finalement plus « profilé » dans l’application que dans la réflexion et la production de nouveaux savoirs, je décidais de me lancer sur le marché de l’emploi ! Mais chercher un boulot, ce n’est pas facile, pas évident, à vrai dire presque un métier tellement ça demande de ressources et de temps qu’on ne soupçonne même pas, ni ne conçoit au départ. OPE, j’en avais entendu parler par mon ami Corentin L., tout comme moi diplômé il s’est lancé rapidement en quête du précieux sésame : le premier emploi ! Ayant fait mon année test afin de savoir si j’étais vraiment intéressé par la Recherche, j’ai pu en parallèle suivre toute sa recherche du « first job » ! Eh bien ce ne fut pas folichon au départ. Durant environ 6 mois, j’ai pu voir chez mon ami toutes les phases du chercheur d’emploi lambda qui seul dans son cocon cherche, cherche et recherche … ça ressemblait à l’époque plutôt à l’éventail des phases menant au désespoir. J’ai vu mon ami au départ très enthousiaste, puis ne trouvant rien, un peu en colère, puis déprimé et enfin très déprimé, puis résigné, ça ressemblait au phase du deuil et puis aussi il était là à s’isoler finalement, car c’est toujours un peu ennuyant, voire fatiguant de se voir interroger systématiquement sur ce qu’on fait dans la vie, surtout dans une société où ne pas travailler vous rend ou vous fait paraître en tout cas presque inexistant malheureusement. Et puis il y a eu cet épisode OPE, où je l’ai vu transformé, plus vif que jamais, revigoré et complètement changé avec cet optimisme fou ! Il me dit : « c’est vraiment dommage Will que tu ne sois pas en train de chercher cette année on aurait fait ça ensemble, je viens de découvrir une asso, il y a une dynamique de groupe, c’est génial, les types t’expliquent les rouages d’une entreprise, les dessous de la face obscur du recrutement, comment constituer ton réseau, refaire ton CV, revoir avec toi les lettres de motiv’ ou encore simuler des entretiens, pleins de petits exercices en groupe, puis ensuite plus individuellement, mais surtout tu n’es pas seul ! On essaie de manger ensemble, les midis, chacun amène un truc, je viens de découvrir une superbe recette de tarte avec du curry : une tuerie ! Ça n’y paraît rien mais c’est déjà important pour la cohésion de groupe. Et puis il y a aussi ce partage d’expérience bien sûr, parmi mes 2 intervenants, l’un est bénévole retraité, il a bossé dans différentes boites puis l’autre a une vision plus orientée ressources humaines en t’indiquant les erreurs à ne pas faire, non c’est vraiment chouette, tu devrais être là mec ! ». Ce fut son discours, celui qui m’attira et m’amena l’année d’après à OPE, poussant moi-même la porte, me souvenant de cet enthousiasme dû à l’équipe, le groupe, les moyens entrepris pour trouver son saint graal, un job ! 10 ans plus tard, après avoir fait de nombreuses missions ici et là, me revoici dans les locaux d’OPE, car la vie est comme ça, très « bougeante » aujourd’hui … d’ailleurs le mouvement n’est-il pas déjà la vie ? Donc en recherche d’une nouvelle mission après une formation pour me reconvertir et appliquer mes talents dans le secteur énergie, je me suis de nouveau inscrit ici à OPE, afin de ne pas rester isolé, afin de continuer à travailler sur le réseau, faire bénéficier moi-même de mon vécu et mon expérience et toujours garder l’enthousiasme et l’envie nécessaire, je crois pour dégoter un emploi !!

 

Juin 2017

 

 

 

Marion: message d’une filleule à son parrain

 

“Bonjour Remo, comment vas-tu?
Je t’écris ce petit mail pour t’annoncer que j’ai trouvé du boulot dans mon domaine en tant que Chef de Produit Trade Marketing !! J’ai commencé il y a 2 semaines, je vais être en charge du Marketing opérationnel dans le domaine de la gastronomie et en BtoB. Ma cible ce sont les grossistes des métiers de bouche. Je vais donc m’occuper de la partie salons, création de supports de vente. Je suis très contente, l’entreprise a un vrai esprit start-up et les gens de l’entreprise sont bienveillants.
Merci encore pour tes conseils précieux lors de nos ateliers OPE et de ton soutien, ça m’a beaucoup aidé et fait beaucoup de bien d’être entourée pendant cette période de recherches.
A bientôt

 

Juin 2017 (Marion a participé à la session OPE de février 2017)



Arnaud : “L’accompagnement d’OPE m’a été d’une aide inestimable”

 

L’accompagnement d’OPE m’a été d’une aide inestimable. Face à mes doutes après une longue période d’inactivité, les périodes de formation et de suivi m’ont permis de mûrir un projet professionnel, celui d’exercer une activité reliant l’acoustique et l’environnement. Le parrainage l’a consolidé et concrétisé. Cela aura été un chemin fait de hauts et de bas mais avec au bout la joie d’aboutir à un poste qui me correspond.

Je retiendrai de mon passage la proximité de l’équipe qui apporte un soutien sans condition et une confiance supplémentaire. Egalement la diversité des formes d’accompagnement : collective (dynamique de groupe lors de la période de formation + outils de préparation, d’analyse), individuelle (parrainage) ou encore plus personnelle (ateliers sur la gestion du stress, confiance en soi) et qui permet une recherche progressive de solutions adapté à chacun. L’annuaire d’OPE est aussi un atout très important et aura été le point de départ de belles rencontres métiers.

Toutes ces activités m’ont apporté chacune à leurs manières. En plus de tout ça, avoir une relation privilégiée avec mon parrain aura été un soutien sans faille et m’aura permis de garder le cap même quand je n’y croyais plus. Je remercie l’équipe d’OPE et la recommande vivement si vous ressentez le besoin d’être accompagné.


Mai 2017


Valentin: “OPE m’a apporté un véritable soutien dans l’encadrement de ma recherche d’emploi”

 

OPE m’a apporté un véritable soutien dans l’encadrement de ma recherche d’emploi. Sortant tout juste des études, les conseils apportés dans les sessions de formation par le formatrice et le tuteur, et les témoignages partagés au cours des discussions et des apéros réseaux, m’ont vraiment permis d’acquérir les bons outils. J’ai pu mettre en pratique ces outils et conseils pour candidater à une annonce, entretenir mon réseau, réaliser un entretien d’embauche, et finalement trouver mon premier emploi.


Janvier 2017

 

 

Cécilia: “Cette démarché entamée à OPE a été décisive pour me mettre dans un esprit et une dynamique professionnels…”

 

Très, très utile: je n’aurais probablement jamais osé avoir une démarche réseau, que ce soit pour des entretiens conseils ou pour “taper dans le dur” en rencontrant des DRH de mon secteur. Cette démarche entamée à OPE a été décisive pour me mettre dans un esprit et une dynamique professionnels et acquérir le vocabulaire du secteur visé. Les simulations aux entretiens, à l’elevator pitch, aux réponses à des questions type d’entretien, sont indispensables, elles sont d’excellents entraînements, ce qui permet d’être préparé aux entretiens et même de se voir en vidéo! J’ai eu la chance d’être dans un petit groupe, j’ai donc pu profiter à la fois du dynamisme de groupe et d’un coaching très personnalisé. Le suivi individuel toutes les deux semaines a été sérieux et un grand atout également, à la fois pour recevoir des conseils et des suggestions dans la formulation de mon projet professionnel, ainsi que pour prendre le relais après la fin des sessions de groupe.


Juillet 2016


Emmanuel: “La démarche réseau est devenue simple, ludique et efficace pour moi.”

 

OPE n’est pas un passage pour moi, c’est un attachement. En arrivant dans la région, mon objectif était de tisser du lien social et créer un réseau solide pour un bon retour à l’emploi. La méthode dynamique proposée par OPE correspondait à ma vision et mes attentes. Je me suis consacré du temps (mieux vaut parfois prendre du recul pour réfléchir à sa recherche d’emploi que se précipiter éperdument sur tout ce qui présente) pour suivre tout le programme d’accompagnement proposé par OPE. Ce programme met la personne au centre du processus car il m’a aidé à me connaître moi-même, me remettre en question, découvrir ma force cachée : le contact réseau, au point que cette démarche (réseau) est devenue simple, ludique et efficace pour moi.

Un bon groupe s’est créé à l’issue de l’accompagnement. Nous nous rencontrons une fois par mois dans Lyon, malgré nos emplois du temps bien chargés aujourd’hui ! lien social, réseau.


Mars 2016

 

Philippe: “Je n’hésiterai pas recommander cette association.”

 

Je garderai un très bon souvenir de l’accueil, des ateliers, de la session ainsi que du soutien des membres et intervenants d’OPE. Après 23 ans d’activité professionnelle chez PSA, en tant que cadre, je me suis retrouvé demandeur d’emploi. Il a été très difficile de rebondir au vu du contexte, de mon âge (pourtant que  48 ans, donc encore de nombreuses années à travailler). J’espère que ma période d’essai de 4 mois renouvelable 1 fois,  se concrétisera comme prévu par un CDI.

 J’espère ne plus connaître le statut de demandeur d’emploi.

Je remercie à nouveau toutes les personnes travaillant à OPE pour leur attention à mon égard.

Je n’hésiterai pas recommander cette association.


Février 2016

 

 

Clothilde: “J’ai vraiment apprécié votre fonctionnement et vos discours”

 

“Après cinq entretiens, j’ai été prise pour un poste basé à Paris, un CDD d’un an. C’est un poste assez surprenant et qui change totalement des autres postes pour lesquels j’avais postulé : un poste de développement de la filière papier carton, avec de la gestion de projet, et beaucoup de relationnel / communication / marketing…

Même moi je suis surprise de ma lancer là dedans… !

C’est une création de poste. A la fin de la 1ere année, si j’ai réussi à montrer l’intérêt de ce poste, il pourra être prolongé en CDI et être basé à Grenoble – ou ailleurs en télétravail.

Je voulais vous remercier pour votre accueil. J’ai vraiment apprécié votre fonctionnement et vos discours. J’avais déjà été suivie par Pôle emploi et l’APEC et je n’y avais pas trouvé la même qualité de suivi.

J’ai en particulier apprécié le parrainage, avec Jean-Pierre. Nos discussions m’ont beaucoup apportée.

Je saurai vous retrouver si j’en ai à nouveau le besoin et je vous conseillerai à mes amis !”

Novembre 2015

 

 

Ismahène: “Encore un grand merci à toute l’équipe d’OPE”

 

“Je vous remercie, c’est grâce à votre aide et votre soutien, grâce aussi à la formation que vous nous avez  donnée à OPE, que j’ai eu la force et la volonté d’aller vers l’avant. Je prendrai mon poste en Floride en janvier 2016. C’est un beau projet qui me motive pour ma carrière professionnelle future. Je pars avec mes enfants et mon mari, cela est d’autant plus un point positif pour moi puisque je ne serai pas toute seule là-bas. Encore un grand merci à toute l’équipe d’OPE. Aussi, je serai à mon tour disponible pour les autres personnes qui construisent leur projet professionnel et pour l’équipe d’OPE.” Novembre 2015

 

 

Oumou : Témoignage à l’occasion des 20 ans d’OPE

 

“Bonjour à tous,

 

SAM_0638 (2)

 

Ici, on est sur le port vraquier de Rusal en Guinée, une multinationale Russe.

 

Ma mission était d’encadrer la formation du personnel de Rusal, pour le faire connaître et adhérer, à la nouvelle technique de pointe et française, de réparation de bandes transporteuses des convoyeurs. Une mission parfaitement réussie avec à la clé des commandes qui se pérennisent pour mon partenaire industriel français, Minet Lacing Technology, inventeur de cette technologie et maintenant, des commissions intéressantes pour mon entreprise. Cette photo symbolise à mes yeux ma réussite professionnelle.

 

Chez ce client, l’environnement est marin, humide, colmatant, bruyant, poussiéreux avec des règles de sécurité strictes des personnes et du matériel. C’est un lieu industriel, masculin, dirigé par des ingénieurs et techniciens supérieurs absolument de prime abord réfractaires aux personnes non formées comme eux, et les femmes sont quasiment absentes sur ce secteur.

 

Un train de bauxite fait la navette sur environ 135 km entre Débélin région de Kindia où se situe la mine et le port de Conakry, abritant les convoyeurs. Les navires minéraliers à quai sont amarrés au terminus des convoyeurs pour être chargés à une cadence maximale, avant de prendre la mer  en direction des usines de l’occident, qui vont transformer la bauxite en alumine,… La bauxite brute est d’abord broyée sur place, (et ensuite calcinée normalement) puis convoyée jusque dans les navires, par un ensemble de système mécanique composé de supports, rouleaux, tambours et bandes transporteuses.

 

Chaque élément du système mécanique fait l’objet d’un métier. Mon métier est la mise en relation entre industriels français fabricants et miniers guinéens. Ce vaste marché pour un si petit pays s’étant aussi aux cimenteries et aux carrières… Auprès des clients potentiels en Guinée, mon travail consiste à introduire chacun des produits français ou métier de: retrofit ou fabricants de sécheurs, fabricants du système de convoyage de minerai : supports, rouleaux, tambours et des agrafes pour jonctionner les bandes transporteuses…). C’est un métier qui me sied tout à fait. Et avec la confiance des industriels, ma formation technique est continue.

 

Mais faire le tampon culturel entre les deux métiers (industriels et miniers) et les deux cultures (française et guinéenne ou entre français et occidentaux  d’Afrique soit Russes, Anglo-Saxons…) afin que tout le monde parle le même langage, c’est à dire que de la maintenance industrielle, est mon atout fort le plus recherché.

 

Il y a quelques années, fraîchement séparée, exilée à Lyon, mère de jeunes enfants, femme et africaine et sans diplômes reconnus en France, survivant avec des aides sociales, je frappais à la porte de l’OPE pour chercher une aide, afin de monter mon projet professionnel avec pour seules forces;  mon courage et mon obstination de m’affranchir des subsides de l’Etat. Quoi que ce dernier soit plutôt généreux, je n’avais pas été préparée jadis, dans ma lointaine savane à la dépendance matérielle et à m’y complaire. Mais comment l’expliquer, en ce moment ?!

Ce projet de mise en relation d’industriels français spécialisés dans la fabrication de matériel de convoyage de minerais avec les industries extractives minières de mon pays d’origine, n’a pas été vraiment pris au sérieux sauf par Mme Thillet Stéphanie et mon référent, M. Yves Piot qui m’ont soutenu pleinement pendant au moins trois ans. Puis j’ai été contrainte de changer de référent et j’ai, été contrainte par le Conseil Général d’aller pointer auprès d’une autre association d’insertion professionnelle Tremplin ANEPA, M. Koné et puis M. Sellier Romain, qui a pris le relais en croyant heureusement, immédiatement à mon projet. Grâce aux conseils des uns et des autres aux soutiens de quelques amies et à ma conviction personnelle qui n’a jamais faibli pendant tout ce parcours, mes affaires marchent très bien aujourd’hui. Par exemple, j’ai pu participer au redressement d’une société Lyonnaise en lui permettant d’obtenir un très important contrat en Guinée.

 

J’ai maintenant cinq entreprises françaises partenaires qui me font entièrement confiance pour la recherche et le suivi d’affaires en Guinée. Les perspectives de développement sont quasiment ‘’illimitées’’.

 

Aujourd’hui, je suis totalement affranchie des aides de l’Etat et je cotise avec fierté en Guinée et en France à titre d’entreprise libérale.

Un grand merci à tous ceux qui m’ont aidée et soutenue pendant mon long cheminement vers la liberté.” Septembre 2015

 

 

Mounira : Témoignage à l’occasion des 20 ans d’OPE

 

“Je remercie l’association OPE, et en particulier Jacques BIGOT de m’inviter à partager avec vous mon expérience pendant et après OPE.

 

J’ai effectué mon premier stage OPE en 2001. Après l’acquisition d’un diplôme d’ingénieur et une expérience de 18 mois aux Etats-Unis, j’étais bercée d’illusions dont celles de trouver un emploi rapidement. Après 3 mois de recherches infructueuses et d’isolement, j’ai été orientée vers OPE par un organisme appelé la FAJE. Puis, sous les conseils avisés de l’OPE, je suis repartie aux Etats-Unis pour me faire une expérience plus importante. En 2005, je reviens une seconde fois, et là, je ne perds pas de temps, je reviens directement à l’association cette fois. N’étant plus une jeune diplôme, j’intègre la structure ONE (Objectif Nouvel Emploi).

 

Ce que j’y ai trouvé ?

Une équipe formidable, composée de personnes pleines de bonnes volontés, qui nous apportent des choses essentielles :

OPE nous accompagne semaine après semaine :

-à rester connecter à un groupe

-à maintenir une dynamique de recherche d’emploi

-à développer des outils d’apprentissage pour développer un réseau de connaissances professionnelles

-à perfectionner nos CV, nos lettres de motivation, surtout pas les faire à notre place

 

Moi, cela m’a beaucoup aidé. Intellectuellement et émotionnellement. On est plus au moins fragile, vulnérable lorsqu’on recherche un emploi. Moi, je me rappelle, je n’avais pas du tout le moral. J’ai même été aidé par une psychologue du travail OPE. Elle m’a surtout aidé à gérer mes émotions dans la vie et cela m’a aidé à gérer mes émotions dans la recherche de travail. Il ne m’a pas fallu beaucoup de séances : 2 ou 3. Mais, elle a réussi à faire passer les messages essentiels pour la revalorisation de l’estime de soi.

Et c’est de cela qu’on a le plus besoin quand on cherche du boulot. Impossible de convaincre un employeur qu’on est fait pour le job, si on n’est pas en mesure de s’en convaincre soi-même.

 

OPE, c’est cette chose importante qu’elle nous apporte : retrouver sa dignité de chercheur d’emploi.

Il est important de préciser qu’on ne devient pas copain avec les gens qui nous accompagnent, l’association n’a pas vocation à augmenter son nombre d’amis Facebook. Mais on crée des liens, on crée du lien. On s’attache parfois. Mais surtout, on n’oublie jamais. On se voit peu, on s’écrit peu. Mais de temps en temps, comme aujourd’hui, on a l’occasion de manifester une fois de plus sa reconnaissance. Parmi eux, je souhaite rendre hommage à Philippe LEFEBVRE, mon tuteur, bénévole, décédé il y a plus de 2 ans.

 

Un jour, j’ai eu un entretien très humiliant avec un recruteur qui m’a demandé mes origines et si j’étais musulmane. Bien sûre, c’est interdit mais soyons réaliste, cela arrive plus souvent qu’on ne le croit. Le recruteur me fait savoir qu’il demandait uniquement pour s’assurer que je ne me mettrai pas à me voiler une fois la période d’essai passée. Je suis restée sans voix. Du coup, cela ne l’a pas beaucoup rassuré. Et vous imaginez la suite de l’entretien « très à l’aise » pour tout le monde. Là, il y a 2 réactions possibles : soit on se dit qu’on vit dans un monde pas très prometteur, et on s’enferme dans la colère et toutes les dérives que cela peut engendrer. On s’éloigne alors chaque jour un peu plus de l’objectif de trouver un emploi. Soit on a de la chance d’être épaulée pas les plus belles âmes, comme celle de Philippe LEFEBVRE, qui nous rappelle que le monde s’équilibre et qu’on est loin du « Tous pourris ». Il m’a dit une chose très importante : « Mounira, tu t’es faite surprendre par ta naïveté, fraîchement revenue des Etats-Unis » (Petite parenthèse : ma chef était chinoise, son chef vietnamien, son chef américain, son chef indien, et la position la plus importante était tenue par une femme charismatique. Et pas une femme top model sortie des magazines comme les working girls qu’on voit dans les films américains. Non, une femme en surpoids. On peut leur faire plein de critiques aux USA mais en France, on n’est loin de voir un Obama à la présidence.)

 

Et il rajoute : « Tu ne peux pas changer la perception que les autres auront de toi, ces pratiques existent. Ça ne sert à rien d’être en colère, de te braquer ou de les attaquer en frontal, le combat est perdu d’avance. Non, le meilleur moyen de le combattre c’est d’en avoir conscience pour mieux le contourner. En faire une force, apprendre à les identifier, apprendre à les rassurer, détruire les préjugés dans l’œuf. Prendre de la hauteur, s’en dégager. Maîtriser ses réponses. Trouver des répliques drôles. » Et cela a marché. Lors d’un entretien, on m’a demandé si j’allais avoir des enfants : j’ai répondu « oui, 11 comme ma mère !». Il s’est marré. Il m’a embauchée : un poste de commercial chez un équipementier automobile. C’est Jacques BIGOT qui m’avait donné l’impulsion et les encouragements pour m’orienter vers le commerce, en me mettant en relation avec un ancien stagiaire en Chimie qui rencontrait les mêmes difficultés que moi. J’avais peur d’y aller, j’avais peur d’accepter ce poste. Un CDI, le Graal ! Mais Philippe m’a encouragée à y aller. Sa fille Adeline a même vérifié le contrat avant que je le signe. Il m’a dit que ce sera dur mais ce sera un excellent pied à l’étrier pour la suite. Bien mieux qu’une école de commerce à 50 000 EUR.

 

Il a eu raison sur tout. Ça été très dure et 2 ans après, j’ai été recruté chez Henkel où je suis technico-commercial. J’aime beaucoup ce que je fais depuis 2008. Je suis autonome. Ma hiérarchie me fait confiance et les perspectives d’évolution sont très prometteuses. C’est un poste que je n’aurais pas pu obtenir en sorti d’étude ou en revenant des USA. Aujourd’hui, j’ai une petite fille de 4 ans, je ne sais pas comment sera le marché de l’emploi mais si j’arrive à lui transmettre un quart de ce que j’ai appris à travers l’association OPE, je serai une maman comblée.

 

Une dernière chose pour souligner le rôle essentiel d’OPE :

J’ai lu récemment que Pôle Emploi n’aidait que 21% des chômeurs à retrouver un emploi. D’où l’intérêt de faire fonctionner l’entre-aide par voie associative. L’écrivain Alexandre Jardin disait qu’on avait des « résultants plus concluants à travers des initiatives associatives, ou chaque bénévole compte 1+1+1 … Plutôt que de passer par « en haut » (Institution, politique …). » OPE en est un très bel exemple.” Septembre 2015

 

 

Eiméar : “Je n’aurais pas pu trouver un travail en seulement 2 mois !”

 

“Je souhaite témoigner sur l’aide que l’association OPE m’a apportée à la suite de mes études. J’ai participé à une formation permettant de chercher et trouver un travail. Cette expérience a été pour moi extrêmement enrichissante et nécessaire.

Grâces aux ateliers proposés (partage d’expériences, travail sur la lettre de motivation et le CV, trouver ses compétences et qualités, simulations d’entretien, entretiens réseaux) j’ai pu vraiment appréhender le monde du travail et répondre au codes de la recherche d’emploi. Les témoignages, exercices pratiques m’ont permis de mieux me connaitre, mieux cibler mes recherches et entreprises susceptibles de me recruter (quel potentiel marché), mieux comprendre le système de recrutement des entreprises. J’ai également appris de nouvelles choses comme par exemple la nécessité de développer son réseau et donc de proposer des entretiens réseau, permettant de se faire connaitre et de connaitre des entreprises ou structures susceptibles de m’intéresser.

Sans l’aide des personnes de l’association, de leur disponibilité et forte implication je n’aurai pas pu trouver un travail en seulement 2 mois ! De plus, le fait de faire partie d’un groupe est vraiment plus motivant pour chercher un travail car nous avons tous le même objectif et nous pouvons nous entraider. Enfin, avoir un suivi personnalisé avec un tuteur (professionnel à la retraite, bénévole de l’association) est vraiment quelque chose de formidable.

Il est pour moi primordial et nécessaire que cette association continue à vivre pour permettre à de nombreuses personnes de pouvoir trouver le travail idéal comme cela a été le cas pour moi.”

 

 

Mathilde : “OPE est une véritable main tendue aux demandeurs d’emplois”

 

“OPE est une véritable main tendue aux demandeurs d’emplois. Les différents ateliers nous permettent d’acquérir des méthodes et astuces solides pour réaliser des CV et lettres de motivation efficaces qui captivent l’attention du recruteur et nous permettent d’accéder à des entretiens. Pour ma part, je me sens aujourd’hui bien plus à l’aise dans l’exercice de la lettre de motivation qui auparavant était un véritable supplice. Suite à l’atelier CV, mon nouveau CV a gagne en visibilité sur les sites de recherches d’emplois et a bénéficié de compliments de la part de professionnels. Grâce aux simulations d’entretiens, je connais mes points forts et faibles et les axes sur lesquels il est important que je travaille pour optimiser mes chances d’être recrutée.

Aussi, grâce à OPE, j’ai pu clairement définir mon projet professionnel et suite à leurs conseils, je commence peu à peu à me faire mon réseau dans le métier afin de me faire connaitre. Cette association nous permet, grâce à une incroyable dynamique de groupe, de se serrer les coudes, de tenir le coup, et de persévérer dans cette période rude qu’est la recherche d’emploi sans ne jamais baisser les bras. Les intervenants sont bienveillants, toujours là pour nous et réussissent à trouver les mots justes pour nous booster. Ils nous révèlent des points forts chez nous dont nous n’avions pas conscience, ce qui encourage. Respect, conseils, critiques constructives, bienveillance  et soutien, caractérisent parfaitement cette association sans laquelle aujourd’hui, je n’aurais peut être pas cette envie de me battre!”

 

Tidjani : “m’a permis d’être plus actif et plus dynamique”

 

“Tidjani, 40 ans, BAC+5, 8 ans d’expérience dans l’ingénierie des systèmes, réseaux et sécurité informatiques.

J’ai eu beaucoup de refus dans mes candidatures que j’ai postulé, mais les ateliers que je suis en train de suivre dans l’association OPE mon permis d’être plus efficace dans ma recherche d’emploi.

Le travail dans un groupe m’a permis d’être plus actif et plus dynamique. J’ai appris des choses et des outils de travail que jamais je ne les trouve ailleurs.

Je trouve que l’association OPE est d’une grande aide et nécessaire pour tous demandeurs d’emploi.”

 

Jurate : “formés par des spécialistes et des bénévoles”

 

“J’ai appris à connaître OPE après avoir pensé que je faisais la recherche d’un emploi toute seule  et après avoir pensé que personne ne pouvait m’aider.

J’ai eu quelques semaines de formation intensive. C’était génial de rencontrer des gens et être de nouveau occupé. Les dirigeants du groupe ont été formés par des spécialistes et des bénévoles retraités.

C‘est très bien ainsi, parce que j’ai reçu non seulement des conseils professionnels, mais aussi entendu des expériences réelles à la recherche d’un emploi et  j’ai compris l’importance d‘un réseau professionnel, entre autres.

Aussi, c’était la première fois pour moi de vivre une telle approche personnelle envers chaque participant. OPE m’a aidée à élever mes points forts, pour compenser mes faiblesses et construire ma confiance. De plus, même si les cours sont finis, je peux venir à une des réunions pour partager mes expériences avec d’autres ou même de demander un conseil. C’est pourquoi OPE est indispensable, il construit son propre réseau de personnes, qui travaillera un jour et qui viendra  raconter leurs histoires et inspirer ceux qui en ont besoin. Merci, OPE.”

 

Mélanie : “Je recommande donc OPE à tout demandeur d’emploi, tout secteur confondu”

 

“A la suite de l’obtention de mon master marketing et communication, je suis en recherche active d’un poste dans ce secteur. J’ai de ce fait bénéficié de l’aide de l’OPE pendant quelques mois sur un rythme de 5 séances. Une aide très importante pour moi, car cela m’a permis de bien me préparer aux entretiens, de murir mon projet et d’apprendre des méthodes.

Aujourd’hui, je suis beaucoup plus confiante avant un entretien et obtenu toutes les réponses à mes questions relatives à la recherche d’emploi.

Bien plus qu’une aide, l’OPE sert également de soutien (pendant une période de chômage, certaines personnes peuvent se renfermer, se démotiver..). L’association OPE encourage, dédramatise la situation, permet de rencontrer des personnes dans la même situation et d’offrir l’accès à un réseau de professionnel.

Je recommande donc OPE à tout demandeur d’emploi, tout secteur confondu…”

 

Céline : “un facteur dynamisant pour ma recherche d’emploi”

 

“Ma participation aux clubs OPE a été un facteur dynamisant pour ma recherche d’emploi. Les rencontres régulières avec d’autres chercheurs et avec les animateurs sont l’occasion d’échanges sur les parcours, les difficultés, les astuces…

Ce sont aussi des “regards” extérieurs qui aident à se remettre en question, à imaginer et oser d’autres façons de faire. Les formations proposées contribuent à mieux structurer la démarche de recherche d’emploi et donnent l’occasion de s’exercer “à blanc” sur les présentations, les entretiens….

La mixité générationnelle (séniors, jeunes diplômés, expérimentés) est aussi un atout pour comprendre les différentes situations et mieux se positionner dans sa démarche de recherche.”

 

Gaetan : “je suis fier d’être passé par cette association”

 

“Ces quelques lignes pour témoigner de mon parcours chez OPE ainsi que toute la satisfaction quant aux services proposés par eux.

Stagiaire du premier semestre 2013, j’ai fait la rencontre de personnes intéressantes, humaines, capables de donner – chose rare – un avis objectif et sans concession sur les chercheurs d’emploi que nous étions.

Le coaching proposé par OPE fut de grande qualité, loin des formations inutiles ou nébuleuses souvent proposées aux chômeurs. Il s’agissait d’un réel soutien, d’un accompagnement aux méthodes aussi énergiques que saines.

Actuellement chargé de recrutement d’un des plus grands cabinets d’audit et d’expertise comptable, je suis fier d’être passé par cette association. Sans certains de leurs conseils, il est certain que je n’aurai pas été aussi convainquant lors de mes entretiens d’embauche. J’espère grandement que les collectivités locales et publiques continueront encore de subventionner ce genre d’initiative ainsi que leur travail de qualité.”

 

Nadine : “OPE m’a permis de retrouver un emploi stable.”

 

“Je me suis inscrite après un CDD d’1 an qui n’avait pas aboutit à un CDI. J’ai cherché 4 mois seule et j’ai ensuite voulu revoir ma recherche d’emploi. En moins de 3 mois grâce à OPE, j’ai retrouvé un emploi. La méthode OPE m’a permis en plus de revoir les bases, de savoir mieux répondre aux questions pendant les entretiens et surtout de savoir faire du réseau. La dynamique de groupe permet de prendre plusieurs bons conseils et d’être encore plus actif. La recherche d’emploi nécessite un suivi et des regards extérieures pour être efficace et une association comme OPE permet de retrouver un emploi plus rapidement et avec plus de chances de convenir à son projet personnel.”

 

Claire : “un soutien à mon retour de l’étranger”

 

“Diplômée d’un Bac+5 en Gestion éditoriale et Communication Internet, j’ai travaillé en CDD durant deux ans avant de partir à l’étranger. A mon retour, le contexte économique et social n’était pas favorable et mon secteur plutôt bouché. Bénéficiant du RSA j’ai pu être accompagnée par l’association OPE dans le cadre de son rôle de référent RSA. J’ai alors pu participer à un stage d’aide à la recherche d’emploi qui m’a beaucoup apporté. Notamment dans le processus de réflexion sur mon projet professionnel et sur la confiance en soi, souvent difficile à faire durer durant une période de chômage où on se sent souvent isolé.

J’ai d’autant pu apprécier l’aide d’OPE que je n’ai reçu aucune aide de la part de Pôle Emploi malgré mes sollicitations : demande d’accompagnement, de renseignements sur la formation professionnelle, soutien quelconque .. D’ailleurs, depuis mon retour à Lyon, je n’ai jamais été convoqué par Pôle Emploi ce que je trouve étrange au vu de ma situation.

Le travail effectué avec l’OPE m’a redonné un peu de confiance et m’a permis de comprendre les clés de la recherche d’emploi aujourd’hui car nous avons pu bénéficier de l’expertise d’une consultante en activité et donc très au fait de l’actualité du recrutement. Enfin, l’intérêt est aussi que l’OPE cherche à mettre en contact des personnes dans la même situation, ce qui crée du lien et donc favorise les opportunités pour chacun.

Je souhaite bonne continuation à l’association et la remercie encore pour son soutien.”